Chiffres-clé, démographie

Breuschwickersheim vue aériennePopulation : 1301 habitants (recensement 2016, INSEE)

Pour la petite histoire:

 » Breusch  » qui se réfère à la Bruche, cours d’eau se trouvant à proximité.
 » Wickers  » qui est le nom de famille d’un ancien occupant du château
 » Heim » qui signifie maison dans le dialecte Alsacien.

Les habitants disent « Wickersche » (mot alsacien) ou « Breusch ».
Au temps des Romains un petit village déjà se trouvait sur le site, comme en témoigne des bas-reliefs, sarcophages et un autel romain découverts dans les années 1500. C’est en 788 que l’on trouve les premières traces officielles du village sous la forme Wiegfriedasheim – la demeure des Wiegfried. La vie du village est étroitement liée à celle du château, construit dans la deuxième moitié du 12ème siècle : Guerre des Strasbourgeois contre leur évêque en 1261, dévastation par les Armagnacs en 1444, désolations de la guerre de trente ans.

L’église

Eglise Breuschwickersheim

Eglise de Breuschwickersheim

La base de la tour remonte au 13e ou 14e siècle et l’existence d’une paroisse est attestée depuis 1369. L’église était dédiée à Sainte Marie. Depuis le 16e siècle, l’édifice est occupé par la paroisse luthérienne. En 1718, la nef fut reconstruite plus haute que la précédente et la tour gothique fut exhaussée d’un niveau et vraisemblablement remaniée : chaînes d’angles refaites. La date, ainsi que le nom du pasteur, Sébastien Schwartz, en exercice à cette période, ont été gravés sur la clef de l’arc gothique du chœur. En 1906, nouvel agrandissement par l’adjonction de la façade occidentale et d’un portique au nord. La nef, élargie vers le sud, comportant à l’intérieur une tribune, fut dotée de quatre travées de baies superposées en remplacement des fenêtres hautes.

Séchoir à lin et à garance, teinturerie (24 rue Principale)

Un premier séchoir à lin aurait été construit en 1627 (travaux historiques). Il fut reconstruit au début du 19e siècle pour sécher la garance. Le bâtiment a aussi servi de teinturerie. Une date, 1816, a été relevée sur une tuile.

Histoire du château, également appelé le Wickersheim

Château de Breuschwickersheim

Château de Breuschwickersheim

En 1416, pendant la guerre contre l’évêque Guillaume de Diest, le château a été brûlé par les Strasbourgeois. En décembre 1444, il est occupé par les Armagnacs. Au XVème siècle il est aux mains de la famille Sturm de Strasbourg. On sait qu’en 1435 celui-ci est déjà occupé dans le village. Durant la seconde moitié du XVème siècle, les Sturm acquièrent toutes les parts des ayant droits du château. En 1484, Louis Sturm vend à son frère Martin le château avec le jardin, le colombier, la basse- cour et les granges.

A l’extinction de la famille Sturm, le château revient à Philippe Bechthold de Weitersheim après un célèbre procès contre Benigna Salomé von Manteuffel.
Le manoir est aujourd’hui habité, il se situe au sud du village, près de la route menant à Hangenbieten.

« Breuschwickersheim, un siècle en images » livre en vente 30 € auprès de la Mairie et du Bureau de Poste.

Patrimoine

maison a BreuschwickersheimIl y avait deux forgerons dans cette rue. Une des forges fonctionnait jusqu’à la fin des années 60 et les bâtiments ont été rachetés par la commune et transformés en annexe (atelier, salle de réunion, archives, …) L’autre forge a été supprimée vers 1980.
Le tram « ligne n°12 » a circulé jusqu’en 1950. Breuschwickersheim était le terminus de cette ligne qui servait également au transport des betteraves sucrières jusqu’à l’usine d’Erstein.
La population a régulièrement augmenté durant le 19ème et le 20ème siècle.
407 en 1807
498 en 1831
580 en 1851
624 en 1880
634 en 1910
Ce n’est qu’au début des années 1970 que sa population a doublé avec la construction de deux lotissements.

1200 habitants en 1980.

« Breuschwickersheim, un siècle en images » livre en vente 30 € auprès de la Mairie et du Bureau de Poste.

« Breuschwickersheim, un siècle en images » livre en vente 30 € auprès de la Mairie et du Bureau de Poste.

« Breuschwickersheim, un siècle en images » livre en vente 30 € auprès de la Mairie et du Bureau de Poste.