Abonnement GRATUIT Bus+Tram pour les moins de 18 ans

A partir du 1er septembre 2021, les jeunes de moins de 18 ans résidant dans l’une des 33 communes de l’Eurométropole de Strasbourg pourront bénéficier d’un abonnement CTS bus/tram GRATUIT.

Comment obtenir mon abonnement gratuit ?

La démarche d’abonnement se fait par internet pour éviter les déplacements et les pertes de temps inutiles.

L’agence commerciale de la CTS ne pourra d’ailleurs pas traiter ces demandes directement sur place avant fin octobre.

Rendez-vous sur le site internet de la CTS, https://www.cts-strasbourg.eu/fr   / rubrique Mes services en ligne, ouvert depuis lundi 14 juin 2021.
Vous pourrez y faire une demande d’abonnement gratuit pour les moins de 18 ans.

Pour ceux qui n’ont pas encore de compte sur le site CTS, il faudra en créer un avant ici.

Une fois la demande effectuée, la carte Badgéo sera envoyée à votre domicile par voie postale au plus tôt au mois d’août.

Pour les jeunes bénéficiaires qui souhaiteraient charger leur abonnement gratuit sur leur smartphone, la demande d’abonnement gratuit sera également possible via
l’appli CTS, fonctionnalité « Mes titres » (uniquement possible pour les smartphones
Android NFC). Leur téléphone remplacera donc la carte Badgéo.

Besoin d’aide ?

 

Résumé du Conseil de l’Eurométropole du 7 mai 2021

Conseil de l’Eurométropole du 07 mai 2021 : 73 points à l’ordre du jour.

Sujets essentiels, le contrat triennal, une ambitieuse politique des mobilités avec notamment l’extension du tram vers l’ouest et le nord et du BHNS vers le sud.

 

Le contrat triennal destiné à soutenir Strasbourg dans ses fonctions internationales et européennes en particulier représente 189,09 M€ (2021-2023). L’État apporte 47,9 M€, la ville de Strasbourg et l’Eurométropole contribuent pour respectivement, 72,3 et 35,9 M€. La Région et le département apportent environ 28 M€, quasiment à parts égales. Le but est de renforcer l’accessibilité de la ville siège du Parlement européen et d’une cinquantaine d’autres institutions internationales et favoriser son attractivité et son dynamisme culturel, notamment.

Autres délibérations essentielles, celles consacrées à différents aspects de la politique en faveur des mobilités. Un schéma directeur est en préparation par l’Eurométropole de Strasbourg et la région Grand Est. Il prévoit la mise en place d’un maillage de transports ferroviaires sans précédent, ainsi que l’extension du réseau cyclable, à l’échelle du bassin de vie. L’ambition est de créer une offre ambitieuse de transports alternatifs à l’usage de l’automobile.

Également traités au cours de cette séance, la prolongation de ligne G du BHNS jusqu’au quartier Danube, via les quais sud. Sans oublier le chantier à venir pour la ligne de tramway vers Wolfisheim, avec un parcours adopté par le conseil, desservant notamment le quartier du Hohberg, ou encore les études lancées pour le tram vers le nord de l’agglomération.

Celles-ci auront lieu du 15 juin jusqu’au 30 septembre, pour une liaison partant de la gare de Strasbourg vers Schiltigheim et Bischheim, le Wacken et le quartier universitaire. Seront mis en débat non seulement les différents tracés pour desservir les deux communes du nord de l’agglomération et aussi les options pour relier le quartier européen ainsi que l’université à ce nouveau tracé. Les travaux sont attendus pour la période 2023-2026

Autre nouveauté très favorable à l’environnement et la qualité de l’air, la récupération des calories produites par les aciéries de Kehl : une société d’économie mixte a été créée pour mener à bien ce projet où seront investis 37 M€, afin de canaliser cette chaleur jusque-là perdue dans l’atmosphère via des conduites qui vont alimenter les réseaux de chauffage urbain de l’agglomération strasbourgeoise. L’Ademe et son homologue allemand Dena abondent ce budget pour 11,8 M€, l’entreprise investit 11,5 M€, avec comme objectif la réduction de l’usage d’énergies fossiles.

La politique de ressources humaines menée par l’Eurométropole connaît un grand changement : il a été décidé de revenir à une politique d’embauches, avec la création de 300  postes au cours du mandat et la mise en place d’un système de gestion prévisionnel des emplois et compétences (GPEC) concerté.

Tango & Scan et Sève sont des appels à projets destinés à soutenir des entreprises innovantes dans le domaine technologique et créatives, ainsi qu’en faveur de technologies vertes. Un accent particulier est mis cette année sur les technologies spatiales pour Tango & Scan, mené en partenariat avec les agglomérations de Nancy et Metz.

On relève encore des délibérations concernant la protection des communes de l’Eurométropole face aux risques d’inondation et aux coulées de boues. Enfin, la collectivité renouvelle son soutien aux communes et groupements gérant des écoles de musique. 7 132 élèves vont bénéficier d’une aide individuelle de 93,93 € pour l’année, soit un budget global de 527 269 € versé par l’Eurométropole.

Résumé du Conseil de l’Eurométropole de Strasbourg du 24 mars 2021

Conseil de l’Eurométropole du 24 mars 2021 : 67 points à l’ordre du jour.

Sujets essentiels, le budget de relance, la création de l’agence du climat et la mise en œuvre d’une politique culturelle à l’échelle des 33 communes.

 

C’est à une très forte majorité que le Conseil de l’Eurométropole de Strasbourg a adopté le budget primitif 2021. Mis en place dans un contexte particulièrement complexe, il affiche un indicateur essentiel : les investissements vont atteindre cette année environ 270 millions d’euros, un montant plus atteint depuis 2014.

Il s’agit d’un plan de relance métropolitain, où l’on trouve le développement du réseau de tramway et des pistes cyclables, la rénovation et la construction de logements sociaux, le nouveau parc des expositions. Sans oublier l’enseignement supérieur ou encore les 3 millions d’euros directement attribués pour lutter contre les effets de la crise sanitaire.

Pivot de la politique de l’Eurométropole, la lutte contre le réchauffement climatique trouve avec la création de l’Agence du climat, un outil dédié au territoire : habitants, entrepreneurs, associations, communes, etc. Basée sur les actions déjà réalisées par l’Ademe, Alter Alsace énergie et la Chambre de consommation d’Alsace, ainsi que le Service d’accompagnement à la rénovation énergétique (Sare) de la DREAL et bien sûr, les services de l’Eurométropole, cette structure nouvelle démarre avec un budget de 580 000 € voté par l’Eurométropole. Elle aura un rôle de conseil gratuit pour amplifier les politiques en faveur de l’amélioration énergétique des logements et du « petit » tertiaire, ainsi qu’en matière de mobilités, de végétalisation et déminéralisation.

La politique et la programmation culturelle sont du ressort de chaque commune, qui vont garder leurs entières prérogatives. L’Eurométropole va pourtant développer ses interventions en faveur d’une meilleure lisibilité et d’une équité complète de toutes les communes. Un travail est mené pour favoriser l’information sur les programmations non seulement des salles – qui bénéficient d’un bonus d’un million d’euros cette année – et aussi des fêtes, événements et manifestations culturelles dans les communes ne disposant pas d’un espace dédié.

Le programme de soutien aux propriétaires aux revenus modestes va concerner cette année près de 1 000 logements, grâce à l’implication de l’Agence nationale pour la rénovation de l’habitat (Anah) et de l’Eurométropole. Plus de 8 millions d’euros vont être investis cette année dans ce programme qui a bénéficié à environ 2 800 logements.

À noter encore, l’engagement de la collectivité dans le programme « action des collectivités territoriales pour l’efficacité énergétique » ACTEE 2, qui permet d’engager des moyens financiers sur plusieurs années pour soutenir les collectivités, accélérer la transition énergétique et dynamiser la commande publique. L’Eurométropole abonde cette opération pour 307 000 euros.