Inscription sur la liste électorale pour les élections législatives des 12 et 19 juin 2022 – date limite ce vendredi 6 mai 2022 à 17h00

Nous souhaitons vous rappeler que les dates limites d’inscription sur les listes électorales pour les élections législatives (prévues les dimanches 12 et 19 juin 2022) sont les suivantes :

– ce mercredi 4 mai 2022 pour une inscription en ligne

– ce vendredi 6 mai 2022 pour une inscription en mairie (ouverture de la Mairie vendredi 6/05 de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00)

Enquête publique complémentaire concernant le Contournement Ouest de Strasbourg du 1er au 16 avril 2022

Une enquête publique complémentaire est prescrite à la demande du tribunal administratif de Strasbourg en vue d’obtenir auprès du Préfet du Bas-Rhin un arrêté de régularisation de l’arrêté préfectoral du 30 août 2018 portant autorisation de réaliser les installations, ouvrages, travaux et activités soumis à autorisation au titre de l’article L 214-3 du code de l’environnement, nécessaires au projet de l’Autoroute de Contournement Ouest de Strasbourg, sur le territoire des 22 communes situées sur le linéaire du projet, à savoir :

ACHENHEIM, BERSTETT, BREUSCHWICKERSHEIM, DINGSHEIM, DUPPIGHEIM, DUTTLENHEIM, ECKWERSHEIM, ERNOLSHEIM-sur-BRUCHE, GEUDERTHEIM, GRIESHEIM-sur-SOUFFEL, HOERDT, HURTIGHEIM, INNENHEIM, ITTENHEIM, KOLBSHEIM, LAMPERTHEIM, OBERSCHAEFFOLSHEIM, OSTHOFFEN, PFULGRIESHEIM, STUTZHEIM-OFFENHEIM, TRUCHTERSHEIM, VENDENHEIM.

L’enquête sera ouverte le vendredi 1er avril 2022 et durera 15 jours, soit jusqu’au samedi 16 avril 2022 à 12h00.
La décision susceptible d’intervenir au terme de l’enquête est un arrêté préfectoral de régularisation de l’arrêté préfectoral portant autorisation unique pour les installations, ouvrages, travaux et activités soumis à autorisation au titre de l’article L.214-3 du code de l’environnement et valant dérogation au 4° de l’article L.411-2 du code de l’environnement, assortie du respect de prescriptions, ou portant refus d’autorisation unique.

Pendant la durée de l’enquête, le public pourra consigner ses observations et propositions selon les modalités suivantes :
•  Sur les registres d’enquête ouverts à cet effet dans les 5 communes accueillant une permanence, aux jours et heures habituels d’ouverture des bureaux ;
•  Par voie postale, à l’attention de la présidente de la commission d’enquête en mentionnant comme objet « Enquête publique
complémentaire – COS», à la mairie de GRIESHEIM sur SOUFFEL, 1 Rue de la Mairie, 67370 GRIESHEIM sur SOUFFEL ;
•  Par courrier électronique à l’adresse mail dédiée : pref-acos-arcos@bas-rhin.gouv.fr en mentionnant comme objet “Enquête publique complémentaire – COS”.

Les observations et propositions du public transmises par voie postale ou reçues par l’un des membres de la commission d’enquête pendant les permanences prévues à cet effet.

Les observations et propositions transmises par le public à la commission d’enquête sur l’adresse de messagerie dédiée seront accessibles et consultables sur  le site internet de la préfecture du Bas-Rhin.

 

L’avis d’enquête publique affiché devant la Mairie apporte des précisions concernant cette enquête : 2022_10_03 Avis d’EPC ACOS VF3 (002)

 

Pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre sur le site de la Préfecture du Bas-Rhin : https://www.bas-rhin.gouv.fr/Publications/Consultation-du-public/ACOS-Consultation-du-01-04-2022-au-16-04-2022

 

Résumé du Conseil de l’Eurométropole de Strasbourg du 4 février 2022

Conseil de l’Eurométropole du 4 février 2022 : 70 points à l’ordre du jour.

Le Conseil a adopté plusieurs délibérations dans le cadre de la relance économique post crise sanitaire, des objectifs ambitieux dans le développement des énergies renouvelables et la politique des mobilités.

Une délibération essentielle a été adoptée : elle précise les conditions de la mise en place du Réseau express métropolitain européen (REME). L’offre ferroviaire considérablement développée va ainsi en entrer en vigueur dès le 11 décembre 2022. L’Eurométropole de Strasbourg a passé des conventions notamment avec la Région Grand Est pour cofinancer les coûts d’exploitation de cette offre en hausse moyenne de plus de 50 % sur la plupart des gares TER de l’Eurométropole, exceptée celles situés sur la ligne de Lauterbourg, qui nécessite des travaux conséquents avant d’être développée.

Parallèlement, les projets d’extension des trams nord, ouest et du BHNS vont entrer dans des phases actives, tout comme la hausse de l’offre de cars express, notamment le Transport en site propre ouest (TSPO) ainsi que des lignes sur l’axe nord-sud, profitant de la création de voies réservées sur la M35, aménagements cofinancés par la Région Grand Est.

Le Pacte territorial de relance et de transition écologique (PTTE) de l’Eurométropole a également été adopté. Il représente un montant global de 2,5 milliards d’euros d’ici 2026 pour financer 460 projets des communes membres de l’Eurométropole ainsi que 250 projets de l’agglomération. Parmi ceux-ci, on trouve de nombreuses réfections, rénovations et extensions de bâtiments publics, le renouvellement de l’éclairage public, la végétalisation de cours d’école, la création de structures d’accueil scolaires et périscolaires, d’équipements sportifs, etc. Il est estimé que 80 % de ces montants, qui s’intègrent dans le plan de relance national de 100 milliards d’euros de l’État dont 40 milliards de l’Union européenne, seront injectés dans l’économie locale et régionale.

Dans la continuité de ses efforts massifs en faveur de la transition écologique, l’Eurométropole de Strasbourg prévoit de réviser le schéma directeur des énergies (SDE) dans un cadre partenarial et concerté. De nouvelles études seront menées afin de construire une stratégie permettant d’atteindre l’objectif de 100 % d’énergies renouvelables à l’échelle de l’agglomération en 2050. La collectivité prévoit d’associer le Conseil de développement ainsi que les citoyens à l’élaboration du nouveau SDE.

À noter aussi que la société d’économie mixte (SEM) Locusem a vu ses moyens renforcés afin de poursuivre ses actions en faveur de l’activité artisanale et commerciale dans les quartiers, particulièrement en faveur de l’économie sociale et solidaire.

Autre sujet très sensible pour une importante partie de la population eurométropolitaine : la prévention du bruit dans l’environnement. Il apparait notamment que 6 % de la population sont exposés à un niveau sonore supérieur aux seuils réglementaires du fait des bruits routiers en 2018 contre 8 % en 2012. Cette baisse s’explique par de nombreux aménagements. Le Conseil de l’Eurométropole a ainsi adopté une stratégie prévoyant des actions très précises portant aussi bien sur l’isolation acoustique des logements que la résolution des points noirs en bordure des axes routiers ou des appuis techniques de la part de spécialistes.

Enfin, le « plan vélo » de 100 millions d’euros d’ici 2026 entre en phase active. Les chantiers de nombreux projets sont en cours de mise en place, 19 millions d’euros étant inscrits au budget 2022. L’Eurométropole vient en appui des communes pour favoriser le déploiement des projets, étudier les questions d’éclairage « à la circulation » en zone rurale et aider à tous les aspects techniques et juridiques.

Présentation du Syndicat mixte du Bassin Bruche Mossig

En 2018, la gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (GEMAPI) est devenue une compétence obligatoire des intercommunalités pour lesquelles pour Breuschwickersheim c’est l’Eurométropole de Strasbourg qui est compétente. Toutefois, ces missions nécessitent de s’affranchir des limites administratives et de travailler à l’échelle naturelle du bassin versant.

Le Syndicat mixte du Bassin Bruche Mossig a ainsi été créé en juillet 2019 avec pour missions l’aménagement du bassin versant et la protection des milieux aquatiques. Son territoire, le bassin versant de la Bruche, s’étend sur plus de 700 km², du Climont jusqu’aux rives de l’Ill à Strasbourg.

Ce syndicat concerne donc Breuschwickersheim qui se trouve sur le bassin versant de la Bruche et est traversé par le Muhlbach.

Concrètement, le syndicat mène des études et des travaux pour :

  • Réduire les conséquences dommageables des inondations avec un programme d’actions de prévention des inondations (PAPI) ;
  • Rétablir le fonctionnement naturel des rivières et améliorer leur qualité écologique ;
  • Rétablir la continuité écologique, c’est-à-dire permettre aux poissons et aux sédiments de transiter librement dans les cours d’eau en supprimant les obstacles ;
  • Protéger les zones humides existantes et restaurer les zones humides dégradées.

Le syndicat a également une mission de sensibilisation des élus et des citoyens afin de mieux comprendre les rivières, leurs variations et la biodiversité qu’elles abritent.

Les trois membres du syndicat sont la Communauté de communes de la Région de Molsheim Mutzig, l’Eurométropole de Strasbourg et le SDEA.  Le SDEA représente les intercommunalités qui ont transféré la compétence GEMAPI avant 2019 : la Communauté de communes de la Vallée de la Bruche, la Communauté de communes Mossig et Vignoble, la Communauté de communes des Portes de Rosheim et la Communauté de communes de la Région de Saverne.

Chaque structure membre est représentée à un tiers dans le comité syndical composé de 21 élus et présidé par M. Jean-Luc SCHICKELE, maire de Mutzig. Le siège du syndicat est établi à Molsheim.

Les actions et le fonctionnement du syndicat sont financés par ses membres, également à hauteur d’un tiers par structure. Le syndicat bénéficie d’aides financières de la part de l’Agence de l’Eau Rhin Meuse, de l’État et de la Région Grand Est.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site Internet (www.bassinversant-bruchemossig.fr) et la page Facebook du syndicat.

Résumé du Conseil de l’Eurométropole du 17 décembre 2021

Conseil de l’Eurométropole du 17 décembre 2021 : 90 points à l’ordre du jour.

Le Conseil a adopté plusieurs délibérations dans le cadre de sa politique de transition énergétique. Plusieurs aides au secteur culturel ont également été adoptées.

Une stratégie ambitieuse de rénovation du bâti existant sur le territoire eurométropolitain a ainsi été décidée. Elle vise à réduire drastiquement la consommation des édifices qui ne bénéficient pas des performances énergétiques des constructions neuves. Cette politique concerne tous les types de bâtiments, avec une attention particulière portée aux ménages aux revenus modestes qui vivent dans des « passoires thermiques » et sont ainsi confrontés à l’inconfort et à la précarité énergétique.

Si les économies d’énergie représentent une nécessité, la production d’électricité renouvelable est un autre axe visé par l’Eurométropole de Strasbourg. Actuellement très réduite, la part du solaire doit grimper à 18 % des énergies renouvelables produites localement dans les années à venir. La stratégie adoptée par le Conseil prévoit de nombreuses actions concrètes pour atteindre cet objectif, d’autant plus nécessaire qu’avec l’évolution vers des motorisations électriques, la demande de cette énergie va s’accroître.

Le Plan climat s’appuie aussi sur le développement du réseau des transports en commun, en particulier celui du tramway. La séance du 17 décembre a ainsi passé au crible le projet d’extension du tram vers le Nord de l’agglomération et notamment, le dispositif de concertation mis en œuvre en préalable aux décisions.

La période de fin d’année est propice aux examens d’activité des services de l’Eurométropole, des sociétés à capitaux mixtes, des délégations de service public et de la commission consultative des services publics locaux. L’ensemble des travaux menés en 2020 par ces entités sont exposés dans des rapports détaillés, transmis aux maires des communes membres de l’Eurométropole et accessibles à chacun sur le site www.strasbourg.eu

La collectivité a également adopté les modalités de son soutien financier à l’Opéra national du Rhin et à l’Orchestre philharmonique de Strasbourg (OPS). Il s’agit d’outils de rayonnement particulièrement appréciables, les deux structures bénéficiant d’une réputation enviée à l’échelon européen. L’Opéra bénéficie donc d’une subvention de 648 550 € et l’OPS voit la contribution eurométropolitaine passe de 400 000 à 500 000 € pour 2022.

Par ailleurs les bibliothèques et médiathèques du réseau Pass’relle, établies dans 21 communes, bénéficient d’un fonds de concours d’un montant total de 183 762 € en 2021. L’agglomération strasbourgeoise poursuit et accentue son soutien aux tournages de films, séries, etc. Au cours de la période 2017-2019, ce sont 97 projets de courts et longs métrages pour le cinéma qui ont été soutenus. 48 de ces œuvres ont été produits par des sociétés établies sur le territoire métropolitain. La convention 2020-2022 se voit ainsi dotée de 840 000 € de subventions, avec un apport de 240 000 € du Centre national de la cinématographie. Le constat de l’utilité économique de ces appuis a été confirmé au niveau national, l’État souhaitant développer les tournages pour favoriser l’activité cinématographique et soutenir l’emploi.

À noter aussi le renouvellement des conventions de mandatement pour la collecte des textiles, linge de maison et chaussures dans l’Eurométropole avec les partenaires associatifs qui pratiquent cette activité encadrée par la collectivité depuis 2016. Le tonnage collecté a progressé de 80 % au cours de la période par rapport à 2014.

La Brigade Territoriale de Gendarmerie de l’Eurométropole de Strasbourg vous rend attentif aux réflexes à adopter pour éviter les cyber-attaques

La Brigade Territoriale de Contact (BTC) de l’Eurométropole de Strasbourg vous rend attentif sur les cyber-attaques.

Vous trouverez ci-dessous plusieurs fiches-réflexes à télécharger :

7 conseils pour éviter les cyber-arnaques

Fiche pratique mots de passe

Fiche-reflexe_hameconnage

Pour plus de renseignements, vous pouvez vous rendre sur https://www.cybermalveillance.gouv.fr/